Download E-books Dialogues de bêtes PDF

By Colette

TOBY-CHIEN : Elle me saisit par los angeles peau du dos, comme une petite valise carrée, et de froides injures tombèrent sur ma tête innocente : "Mal élevé. Chien hystérique. Saucisson larmoyeur. Crapaud à cœur de veau. Phoque obtus…"

Tu sais le reste. Tu as entendu l. a. porte, le tisonnier qu’elle a jeté dans los angeles corbeille à papier, et le seau à charbon qui a roulé béant, et tout…

KIKI-LA-DOUCETTE : J’ai entendu. J’ai même entendu, ô Chien, ce qui n’est pas parvenu à ton entendement de bull simplet. Elle et moi, nous dédaignons le plus souvent de nous expliquer.

"Une dame qui chante avec los angeles voix d’un pur ruisseau français los angeles triste tendresse qui fait battre si vite le cœur des bêtes."

Francis Jammes

Dialogues présents dans ce recueil :

Sentimentalités.

Le voyage.

Le dîner est en retard.

Elle est malade.

Le prime feu.

L’orage.

Une visite.

Celle qui en revient.

Les bêtes et los angeles tortue.

Préface de Francis Jammes

Show description

Read or Download Dialogues de bêtes PDF

Best Literature books

Sick City: A Novel

“Sick urban is enjoyable, twisted and brutal…. O’Neill might be our generation’s Jim Thompson. ”— James Frey, writer of vibrant glossy Morning “Tony O’Neill works his L. A. humans the way in which Dutch Leonard had his hand down the pants of each degenerate in his nice Detroit novels. ”— Barry Gifford, writer of untamed at Heart From Tony O’Neill, the writer of Down and Out on homicide Mile and coauthor of the Neon Angel and the hot York occasions bestselling Hero of the Underground, comes ailing City—a wild experience of 2 junkies, Hollywood, and the Sharon Tate intercourse tape.

The Mystics of Mile End: A Novel

Sigal Samuel’s debut novel, within the vein of Nicole Krauss’s bestselling The background of affection, is an innovative tale that delves into the guts of Jewish mysticism, religion, and kin. “This isn't really a regular tree i'm making. “This,” he acknowledged, “this is the Tree of data. ” In the half-Hasidic, half-hipster Montreal local of Mile finish, eleven-year-old Lev Meyer is researching that there is a spot for Judaism in his existence.

East of Eden (Penguin Twentieth Century Classics)

A masterpiece of Biblical scope, and the magnum opus of 1 of America’s so much enduring authorsIn his magazine, Nobel Prize winner John Steinbeck known as East of Eden "the first book," and certainly it has the primordial energy and ease of fantasy. Set within the wealthy farmland of California's Salinas Valley, this sprawling and infrequently brutal novel follows the intertwined destinies of 2 families—the Trasks and the Hamiltons—whose generations helplessly reenact the autumn of Adam and Eve and the toxic contention of Cain and Abel.

A Clergyman's Daughter

Dorothy, the heroine of this novel, plays reliable works, cultivates strong recommendations, and pricks her arm with a pin whilst a foul idea arises. She then has a chain of unforeseen and degrading adventures after turning into a sufferer of amnesia. even though she regains her lifestyles as a clergyman’s daughter, she has misplaced her religion.

Additional info for Dialogues de bêtes

Show sample text content

TOBY-CHIEN, après un bond vers l. a. porte : Non, ça ferait du bruit. KIKI-LA-DOUCETTE : C’est juste. Silence morne. Toby-chien se couche en turban et ferme les yeux parce qu’il a envie de pleurer. Son souffle courtroom sanglote tout bas. KIKI-LA-DOUCETTE, comme distrait, en mélopée presque insaisissable : l. a. chienne… l. a. petite chienne… les os, l. a. petite chienne… le lapin, le terrier… le danois, l. a. petite chienne… les os du gigot, le poil du lapin… TOBY-CHIEN supporte d’abord héroïquement son supplice, puis ses nerfs le trahissent et il hurle, tête levée, l. a. longue plainte du chien abandonné : Hôôôôôôô ! … KIKI-LA-DOUCETTE, du haut de sa console : Tais-toi donc ! TOBY-CHIEN : Hôôôôôôô !! ôôôô… ôô ! KIKI-LA-DOUCETTE, à part : Ça y est. Et pendant qu’Elle s’éveille égarée, encore prisonnière de ses rêves, le Chat écoute patiemment s’approcher, dans l’escalier, l. a. liberté pour lui, le châtiment pour l’autre. Le preferable feu Parce qu’il pleut et que le vent d’octobre chasse dans l’air les feuilles trempées, Elle a allumé dans los angeles cheminée le preferable feu de los angeles saison. En extase, Kiki-la-Doucette et Toby-Chien, couchés côte à côte au coin du marbre tiède, s’éblouissent à contempler los angeles flamme et lui dédient des prières intérieures. KIKI-LA-DOUCETTE, pareil à un coussin, sans pattes apparentes : Feu ! te voici revenu, plus beau que mon keepsake, plus cuisant et plus proche que le soleil ! Feu ! que tu es splendide ! Par pudeur, je cache ma joie de te revoir, je ferme à demi mes yeux où ta lumière amincit l. a. prunelle, et rien ne paraît sur ma determine où est peinte l’image d’une pensée fauve et brune… Mon ronron discret se perd dans ton crépitement. Ne pétille pas trop, ne crache pas d’étincelles sur ma fourrure, sois clément, Feu varié, que je puisse t’adorer sans crainte… TOBY-CHIEN, à moitié cuit, les yeux injectés, l. a. langue pendante : Feu ! feu divin ! te revoici ! Je suis bien jeune encore, mais je me souviens de ma terreur respectueuse, los angeles première fois que sa major, à Elle, t’éveilla dans cette même cheminée. l. a. vue d’un dieu aussi mystérieux que toi a de quoi frapper un chien-enfant, à peine sorti de l’écurie maternelle. Ô Feu ! je n’ai pas perdu toute appréhension. Hiii ! tu as craché sur ma peau une selected piquante et rouge… J’ai peur… Non, c’est fini. Que tu es beau ! Ton centre plus rose darde des lambeaux d’or, des jets vifs d’air bleu, une fumée qui monte tordue et dessine d’étranges apparences de bêtes… Oh ! que j’ai chaud ! Sois plus doux, Feu souverain, vois comme ma truffe séchée se fendille et craque… Mes oreilles ne flambent-elles point ? Je t’adjure d’une patte suppliante, je gémis d’une volupté intolerable… je n’en puis plus ! … (Il se retourne. ) Ah ! rien n’est jamais bon tout à fait. Sous l. a. porte, l. a. bise pince mes cuisses nues. Tant pis ! que mon derrière gèle, pourvu que je t’adore en face ! KIKI-LA-DOUCETTE : Je sais — puisque je suis Chat — tout ce qui vient derrière toi, Feu. Je prévois l’hiver, que j’accueille d’une âme inquiète, mais non sans plaisir. En son honneur, ma gown déjà croît et s’embellit.

Rated 4.69 of 5 – based on 18 votes